Nous travaillons autrement que par le passé

Travailler chez soi offre divers avantages : plus de stress à cause des bouchons, meilleur équilibre entre travail et vie privée… Mais c’est aussi une sacrée épreuve compte tenu des conditions particulières dans lesquelles nous avons été très nombreux à devoir travailler un maximum à domicile au cours des mois écoulés. Pour certains, cette manière de travailler a été une nouveauté, pour d’autres, non. Mais quand parlons-nous de travail à domicile et quand parlons-nous de télétravail ?

Quelle est la différence entre travail à domicile et télétravail ?

Dans le langage populaire, le travail à domicile et le télétravail, c’est la même chose. La législation introduit néanmoins une différence entre ces deux manières de travailler. Nous énumérons ici les différences afin que vous sachiez quels sont vos droits et devoirs.

Travail à domicile Télétravail
  • Outils personnels.
  • À domicile, mais aussi en un autre lieu, comme un bureau partagé.
  • Outils de l’entreprise.
  • À domicile, mais aussi en un autre lieu.
  • Travail qui peut également être effectué dans les installations de l’entreprise.
  • Le télétravail structurel n’est pas un droit.
  • Le télétravail occasionnel est en principe un droit.

La différence n’est pas encore claire à vos yeux ? Voici un exemple concret, pour illustrer.

Anouk habite à Grand-Bigard et travaille comme Account Executive dans une PME de Malines. Lorsqu’elle a un rendez-vous avec un de ses clients à Bruxelles à 10h30, elle travaille d’abord à domicile sur son propre PC, se rend ensuite à son rendez-vous, puis prend la route du bureau. Voilà un exemple typique de travail à domicile. Guillaume est architecte et travaille chaque mercredi une journée complète à la maison. Pour ce faire, il utilise les outils de son employeur. Les autres jours ouvrables, il travaille simplement au bureau. Voilà un exemple typique de télétravail.

Évitez les discussions grâce à un contrat de travail clair

Un contrat écrit doit être établi tant pour le travailleur à domicile que pour le télétravailleur. Pour les télétravailleurs, il s’agit d’un addendum annexé au contrat, pour les travailleurs à domicile, il s’agit du contrat de travail proprement dit. Nous expliquons ci-après ce qui doit y figurer.

Travailleur à domicile Télétravailleur
  • Le régime de travail et/ou l’horaire de travail convenus et/ou le volume de prestations minimal convenu.
  • Une description succincte du travail convenu.
  • Le salaire convenu ou la méthode et la base pour le calcul du salaire.
  • L’indemnisation des frais liés au travail à domicile.
  • Les coordonnées de l’employeur.
  • Les coordonnées du travailleur.
  • L’endroit (les endroits) où le travailleur à domicile effectue son travail.
  • La fréquence et les jours et heures éventuels de télétravail.
  • Les périodes pendant lesquelles le télétravailleur doit être joignable et par quels moyens.
  • Les moments auxquels le télétravailleur peut faire appel à une assistance technique.
  • Les modalités conclues concernant le remboursement des frais.
  • Les conditions et accords pour un retour dans les installations de l’entreprise de l’employeur.
  • La période pendant laquelle le télétravail a lieu.
  • Le(s) lieu(x) choisi(s) par le télétravailleur pour effectuer son travail.

Qu’en est-il de l’indemnisation des frais ?

Les télétravailleurs encourent des frais spécifiques lorsqu’ils travaillent à domicile. Songez par exemple à la consommation d’eau, d’électricité… Pour couvrir ces frais, l’employeur peut verser au travailleur une indemnité de bureau de € 129,48 par mois. En plus de cela, à deux reprises, une indemnisation de € 20 peut être accordée au travailleur pour l’utilisation du PC et d’internet. Vous voulez obtenir plus de détails à ce sujet ? Dans ce cas, consultez le site ici.

La situation est assez différente pour les travailleurs à domicile. Si aucune disposition n’est prévue dans le contrat ou la CCT en ce qui concerne les frais liés au travail à domicile, l’employeur est redevable d’un montant correspondant à 10 % du salaire. Toutefois, si les frais réels sont supérieurs à 10 % du salaire, le travailleur doit en apporter la preuve.

Le télétravail est l’avenir

Les entreprises modernes qui stimulent le télétravail s’attireront les faveurs des précieux, mais rares jeunes talents. Les jeunes générations, mais aussi les travailleurs plus expérimentés visent un mix travail-vie privée où ces deux aspects se complètent au mieux. Votre entreprise opte-t-elle également pour un environnement de travail moderne autorisant le télétravail ?